identification
Accueil
Déontologie et éthique du Rotary : Pour une éthique professionnelle

Servir la collectivité Les Rotariens sont des professionnels, des décideurs choisis par leurs pairs pour les qualités et les compétences dont ils font preuve dans le cadre de leurs activités. Ces activités nécessitent de nombreux contacts qui se concrétisent par la création et l'entretien d'un réseau de personnes investies elles aussi d'un pouvoir de décision, c'est-à-dire capables d'influencer en vue d'un résultat donné. La transposition au-delà du cercle professionnel de ces qualités, le recours à ce réseau d'influence se traduisent pour les Rotariens par une réelle aptitude à servir la collectivité. Une juste appréhension des problèmes du monde, des déséquilibres divers qui rendent difficile,voire impossible, l'accès au bienêtre de groupes sociaux ou de populations entières, doit ainsi tout naturellement conduire les Rotariens à chercher à améliorer le sort de ces frères humains défavorisés. Dans une autre approche, intergénérationnelle, forts du privilège de leur expérience et de leurs appuis, ils doivent aider les plus jeunes à préparer leur avenir dans les meilleures conditions.

Lire la suite...
Déontologie et éthique du Rotary : Le critère des 4 questions

La naissance du Rotary coïncide avec celle de l'ère moderne, celle du machinisme. Aux Etats-Unis, Frédérik Taylor, ingénieur, prône l'organisation scientifique du travail. Il considère l'homme comme adjoint des machines. Les mouvements de l'ouvrier, sa fatigue, son temps de récupération, son comportement ne sont alors perçus que comme des paramètres de production parmi d'autres. Grâce à cette théorie, qui consacre la suprématie de la machine sur l'homme, la rationalisation des gestes, la parcellisation des tâches permettent de construire des gratte-ciel, de bâtir des empires. Mais dans cette conception mécaniste le facteur humain est complètement ignoré.

Parallèlement, les Rotariens élaborent le premier code de déontologie applicable dans leurs clubs et dans leur vie professionnelle pour moraliser la vie des affaires, tandis que se dessine un courant humaniste en réaction contre la condition ouvrière.

A partir de 1917 la revue The Rotarian publie de nombreux articles sur le sujet,notamment "Le conflit employeur-employé", "La condition de l'ouvrier" et "Responsabilité de l'employeur vis-à-vis des employés".

Lire la suite...
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 Suivante > Fin >>

Résultats 11 - 12 sur 18